Guide pratique sur les différents types de financements

financement

Un projet d’une grande envergure tel que l’achat d’un bien immobilier nécessite souvent un investissement. Pour sa réalisation, le porteur de projet nécessite du financement. Il en existe différents types qu’il convient de connaitre afin de bien choisir celui qui est le plus adapté à votre situation et à votre stratégie d’investissement.

Le prêt amortissable

Pour la réalisation d’une acquisition immobilière, vous pouvez faire appel au prêt amortissable. C’est le type de crédit le plus commun en France. Il est accordé par les organismes de crédit, dont les banques.

Avec ce type crédit immobilier, vous remboursez des mensualités préalablement définies dans le contrat. Celles-ci comprennent une partie du capital emprunté et une partie de l’intérêt de l’établissement emprunteur. Le prêt amortissable peut s’étaler jusqu’à 30 ans.

Il peut être à taux révisable ou encore à taux fixe. Si vous optez pour un prêt à taux fixe, vous connaissez dès le départ le coût total du crédit qui vous sera accordé. Il en est de même des mensualités ainsi que de la durée du prêt. Rien ne changera donc au cours des années.

En optant pour un prêt à taux révisable, les mensualités varient à la hausse ou à la baisse suivant les fluctuations du marché. En général, le taux d’intérêt est modifié à la date d’anniversaire du contrat. Si le taux baisse, vous pourriez alors réaliser des économies. En revanche, une hausse des taux engendre une hausse des mensualités que vous allez payer. Pour en faire la demande, visitez le site www.public-banking.com.

Le prêt in fine

Le prêt in fine est un autre mode de financement qui s’offre à vous. Contrairement au prêt amortissable, vos mensualités ne comprennent que l’intérêt de la banque et le coût de l’assurance emprunteur. Vous ne rembourserez l’intégralité du capital qu’à la dernière échéance. La durée de remboursement s’étale de 3 à 25 ans.  

Ce type de prêt présente un avantage fiscal. En effet, il vous est possible de déduire de vos revenus locatifs les intérêts de votre emprunt. Par ailleurs, vous bénéficiez d’une mensualité plus réduite. Ce qui vous permet de réaliser d’autres investissements. Vous ne rembourserez le capital qu’une seule fois à la fin du prêt.

À côté de ces avantages attractifs, le prêt in fine présente aussi quelques inconvénients. D’abord, son taux d’intérêt est élevé comparé à celui du prêt amortissable. En effet, il n’est pas dégressif tout au long du remboursement et ne varie pas durant toute la durée du prêt.

Le prêt relais

Si vous êtes déjà propriétaire d’un bien immobilier que vous souhaitez revendre pour l’achat d’un nouveau logement, le prêt relais est une alternative qui s’offre à vous. Grâce à ce type de crédit, vous pouvez ainsi concrétiser votre achat immobilier sans attendre la vente de votre logement actuel.

Il s’agit en quelque sorte d’une avance d’argent fait par un organisme de prêt. Son montant se base sur la valeur actuelle de votre propriété et varie entre 50 et 80 % de celle-ci. Elle fera donc une estimation immobilière du bien en tenant compte de son état, de sa superficie, de son emplacement géographique et de ses autres caractéristiques intrinsèques. Après l’octroi du prêt, vous effectuez les remboursements du capital emprunté.

Ceux-ci se déroulent en deux temps. Durant la durée du prêt, vous remboursez une mensualité qui comprend uniquement les intérêts bancaires générés par le crédit. Puis, une fois votre bien vendu, vous remboursez l’intégralité du capital.

La durée de remboursement du prêt relais varie en général de 1 à 12 mois. Elle peut être renouvelée une fois si le bien n’est pas encore vendu. Vous disposez donc de 24 mois pour effectuer solder votre crédit. En moyenne, il faut 7 mois pour effectuer la vente d’un logement. Si vous ne parvenez pas à trouver un acquéreur, une idée est de faire appel à un home stager. Ce professionnel de l’immobilier saura mettre en valeur votre bien afin qu’il séduise les acquéreurs dès la première visite.

Il existe deux types de prêt relais en fonction de votre situation. La banque peut vous accorder un prêt relais sec si la valeur du bien que vous souhaitez acquérir est égale ou inférieure à celle de votre logement actuel. Dans le cas inverse, elle vous accorde un prêt relais adossé ou associé. Si la valeur de votre bien actuel est ainsi inférieure à celle que vous comptez acheter, la banque comblera la différence avec un crédit immobilier classique. Vous remboursez ainsi les intérêts du prêt relais ainsi que les mensualités relatives au prêt immobilier classique.

Les prêts d’aide à l’accession

Si vous comptez faire l’acquisition d’un bien qui sera votre résidence principale, vous pourrez recourir à des prêts d’aide à l’accession. Ceux-ci pourront même financer la totalité du prix de votre logement.

Parmi ces prêts, vous avez le PAS ou prêt accession sociale, le PC ou prêt conventionné et le prêt à taux zéro plus ou PTZ.

Vous pouvez également demander le prêt épargne logement ou PEL ainsi que le prêt action logement.

Pour obtenir un financement, les banques exigent souvent aux emprunteurs du fonds propre. Et plus vous disposez d’apport, plus vous avez de la chance d’obtenir votre crédit. En effet, ce fonds propre démontre au banquier que vous faites attention à vos finances et que vous avez la capacité d’épargner.